J'aime bien les choses passées de mode.

Arexi

Membre
Je m'explique,

la langue française était parlée correctement, je passe d'ailleurs un peu pour le gars mystérieux à toujours employer des phrases complètes, à ne pas penser à utiliser le languages des jeunes.

C'est comme les livres, plus personne ne s'y connais en littérature même concernant les sujet les plus simples. Quoi que les personnes avec qui je discute par moment s'y connaissent un peu.

Enfin on sent bien que le monde avance trop vite pour la plupart des gens. Rien que l'en observant l'état de la jeunesse actuelle.
 
Je m'explique,
Au regard de la suite, il est en effet bon d'expliquer, parce que j'avais compris le titre bien autrement et j'allais répondre que, me concernant, j'aime les choses qui n'ont jamais été à la mode (ce qui est bien sûr plus un idéal qu'une réalité, hélas, mais comment pourrait-il en être autrement?).
la langue française était parlée correctement,
Une langue, ça ne s'appauvrit pas, ça évolue
J'allais commencer par répondre un pu la même chose, mais de là à promouvoir un connard qui pense qu'il ne faudrait jamais réintégrer les soignants suspendus parce qu'ayant refusé de se faire injecter l'un des "vaccins" soit disant contre le coronavirus, non, jamais!
Donc, je vais répondre comme j'aurais répondu dans l'éventualité ou quelqu'un qui n'aurait vu cette vidéo lise d'abord ceci et puisse donc s'épargner la vision de celle-ci.
Tout d'abord, le français, comme toutes les langues, est en constante évolution et là où il s’appauvrit, il se complexifie par ailleurs inévitablement (ce serait même presque un mécanisme de compensation si la réalité n'était plus complexe).
Alors, on peut détester ces évolutions qui se développent sous nos yeux parfois même artificiellement - et je soupçonne le connard sus-mentionné de s'être amusé à le faire, déjà avec des consonnes euphoniques totalement farfelues qui sont apparues comme par hasard dans les textes que lui-même scénarisait, ce que j'ai immédiatement constaté avec l'autre de ses confrères pseudo-historien qui s'est imposé une vasectomie (suivez mon regard), pour qu'en suite il fasse une vidéo où il évoquait l'existence de ces consonnes euphoniques "non conventionnelles" afin de critiquer la normalisation du français alors qu'il ne donnait comme exemple que les vidéos qu'il a lui-même scénarisée que je viens d'évoquer, mais je le soupçonne aussi de l'avoir fait en ayant tout du moins popularisé l'expression "en vrai" en lieux et place de "en fait" ou "à vrai dire", également en utilisant sa position de scénariste de stars de la plateforme vidéo à position ultra-dominante sur le marché qu'il utilise lui-même - et je déteste moi-même bon nombre de ses évolutions du français, mais force est de constater que j'en ai intégré dans ma jeunesse (et d'autres plus "jeuniste", tel que "en sah" sur AWnoël, dans le seul but de m'anonymiser) et puis, de toute façon, à moins d'avoir une certaine position médiatique, on ne peut rien y faire excepté être soi-même autant que possible conservateur - je constate d'ailleurs à quel point la télévision qui dans ma jeunesse et dans ses programmes "sérieux" faisait preuve de conservatisme langagier à complètement abandonné celui-ci, à contrario, et toujours dans ma jeunesse, dans son œuvre de subversion, presque tout les programmes humoristiques et pour enfant poussaient artificiellement une expression langagière bien plus "progressiste" - et, mieux encore que ce conservatisme, intégrer l'existence des défauts du français depuis des siècles (ce que j'explique par la suite) pour les contourner en se faisant un français propre (en évitant autant que possible de l'utiliser quand on veut rester suffisamment anonyme).
Par ailleurs (et là, je rentre dans une vision plus personnel que j'ai d'ailleurs largement évoqué en mon nom sur le réseau, dès lors, je vais relativement peu en dire par soucis d'anonymat), il y a des choses totalement insensées dans la langue française que nous traînons depuis des siècles et, d'ailleurs, les français étant très littéraires (de moins en moins, mais ils l'ont très longtemps été), ces choses insensées viennent souvent d'effets de style dans la littérature qui au départ sont justifié, mais qui, en suite, sont tellement (mal) réutilisé (y compris par des auteurs singeant mal leurs maîtres) que cela ne veut plus rien dire.
Autrement dit, en y regardant d'assez près, le français à bon nombre de problèmes (sans même parler de son horrible orthographe qui vient d'un pseudo-conservatisme délirant).
Je préfère préciser que je suis loin d'idéaliser un français suffisamment lointain, simplement, au delà de quelque siècles, je n'y connais simplement rien et je suis donc incapable de critiquer ce français là.
Et puis, on pourrait dire que, pour les puristes du latin, le français est une langue vulgaire, mais c'est en soi un mauvais argument, quoi qu'il ait le mérite de répondre aux francophiles critiques de la "dégénérescence" de la langue française actuelle que leur langue est tout autant une "dégénérescence" du latin.
je passe d'ailleurs un peu pour le gars mystérieux à toujours employer des phrases complètes, à ne pas penser à utiliser le languages des jeunes.
Et là, je suis d'accord qu'il y a un énorme problème, à force de tout vouloir raccourcir, on ne se comprend plus, il suffit de voir à quel point les pages de désambiguïsation de Wikipedia sont remplie d'abréviations ayant pleins de sens différents.
Et ce problème remonte, lui aussi, à des siècles, il ne fait que s'amplifier.
Bref, critiquer ce que deviens le français en pointant du doigt son plus gros problème (soit ne plus "employer des phrases complètes"), là, je suis tout à fait d'accord, mais croire que ce problème est récent, c'est avoir trop peu creuser le sujet.
Et pour ce qui est de passer pour quelqu'un de mystérieux, j'en "souffre" aussi, enfin, c'est autant un plaisir (voire plus) qu'une souffrance, il faut l'accepter, la singularité est mieux que de se plier à tout et n'importe quoi.
Par ailleurs, c'est amusant de voir quelqu'un que je considère comme jeune parler des jeunes visiblement en s'en excluant. Tout est relatif comme disait l'autre (ce en quoi, à mon humble avis, il avait peut-être tord, mais il est des choses, comme celle-ci, qui le sont).
Et sinon, "languages", c'est de l'anglais (dans son orthographe tout du moins).
Il est à noter que je fais souvent cette faute, parmi bien d'autres (vous pouvez remercier les correcteurs orthographiques, et mes nombreuses relectures quand j'en prends le temps, de vous épargner une bonne partie ma très mauvaise orthographe française).
C'est comme les livres, plus personne ne s'y connais en littérature même concernant les sujet les plus simples. Quoi que les personnes avec qui je discute par moment s'y connaissent un peu.
Personnellement, j'accorde peu d'importance à la littérature, c'est par conformisme que je m'y suis plus ou moins intéressé étant jeune (ce qui inclut mon intérêt passé pour la philosophie), mais aimer la littérature pour elle même me semble vain (et surfait), j'aime la langue française et donc, j’apprécie quand un auteur à de belles tournures de phrases, mais s'il faut se taper des romans pour cela, non merci, j'ai abandonné les romans (tout comme la télévision dont je ne vois que des extrais sur internet), je ne lis que des essais qui traitent de sujets qui m'intéressent.
Enfin on sent bien que le monde avance trop vite pour la plupart des gens. Rien que l'en observant l'état de la jeunesse actuelle.
En quoi?
Certainement que j'observe trop peu la jeunesse actuelle, mais j'ai du mal à voir le rapport avec celle-ci, le monde industriel évolue bien trop vite, c'est clair, mais pour tout le monde.
Et de toute façon, le monde est foutu, en effet, les transhumanistes ont gagné à partir du moment où si peu de monde s'est révolté contre leur "vaccin" sur base de génie génétique, la fin de l'humanité est maintenant inévitable, elle sera remplacé par la transhumanité, tant pis, faisons comme les romains qui sombrait joyeusement dans des orgies alors que l'empire romain tombait aux mains des "barbares"... que pourrions-nous faire d'autre de toute façon (les pseudo-spartiates risquent de réagir à ce propos, mais à quoi servirait de se fatiguer à se battre pour rien contre un monde dont l'horrible dérive est inévitable?).
 
Dernière édition:
J'allais commencer par répondre un pu la même chose, mais de là à promouvoir un connard qui pense qu'il ne faudrait jamais réintégrer les soignants suspendus parce qu'ayant refusé de se faire injecter l'un des "vaccins" soit disant contre le coronavirus, non, jamais!
Donc, je vais répondre comme j'aurais répondu dans l'éventualité ou quelqu'un qui n'aurait vu cette vidéo lise d'abord ceci et puisse donc s'épargner la vision de celle-ci.
Tu dois confondre, je suis cette chaîne Youtube depuis bien avant le covid, il n'a, à ma connaissance, jamais donné son avis sur le sujet (mais il a donné son avis sur bien d'autres sujets, et il se définit politiquement comme de gauche). Si tu as le lien vers une vidéo, ou un post sur un réseau social, où il se prononce contre la réintégration des soignants non-vaccinés, je suis preneur.
 
Tout d'abord, le français, comme toutes les langues, est en constante évolution et là où il s’appauvrit, il se complexifie par ailleurs inévitablement (ce serait même presque un mécanisme de compensation si la réalité n'était plus complexe).
Alors, on peut détester ces évolutions qui se développent sous nos yeux parfois même artificiellement - et je soupçonne le connard sus-mentionné de s'être amusé à le faire, déjà avec des consonnes euphoniques totalement farfelues qui sont apparues comme par hasard dans les textes que lui-même scénarisait, ce que j'ai immédiatement constaté avec l'autre de ses confrères pseudo-historien qui s'est imposé une vasectomie (suivez mon regard), pour qu'en suite il fasse une vidéo où il évoquait l'existence de ces consonnes euphoniques "non conventionnelles" afin de critiquer la normalisation du français alors qu'il ne donnait comme exemple que les vidéos qu'il a lui-même scénarisée que je viens d'évoquer, mais je le soupçonne aussi de l'avoir fait en ayant tout du moins popularisé l'expression "en vrai" en lieux et place de "en fait" ou "à vrai dire", également en utilisant sa position de scénariste de stars de la plateforme vidéo à position ultra-dominante sur le marché qu'il utilise lui-même - et je déteste moi-même bon nombre de ses évolutions du français, mais force est de constater que j'en ai intégré dans ma jeunesse (et d'autres plus "jeuniste", tel que "en sah" sur AWnoël, dans le seul but de m'anonymiser) et puis, de toute façon, à moins d'avoir une certaine position médiatique, on ne peut rien y faire excepté être soi-même autant que possible conservateur - je constate d'ailleurs à quel point la télévision qui dans ma jeunesse et dans ses programmes "sérieux" faisait preuve de conservatisme langagier à complètement abandonné celui-ci, à contrario, et toujours dans ma jeunesse, dans son œuvre de subversion, presque tout les programmes humoristiques et pour enfant poussaient artificiellement une expression langagière bien plus "progressiste" - et, mieux encore que ce conservatisme, intégrer l'existence des défauts du français depuis des siècles (ce que j'explique par la suite) pour les contourner en se faisant un français propre (en évitant autant que possible de l'utiliser quand on veut rester suffisamment anonyme).
Par ailleurs (et là, je rentre dans une vision plus personnel que j'ai d'ailleurs largement évoqué en mon nom sur le réseau, dès lors, je vais relativement peu en dire par soucis d'anonymat), il y a des choses totalement insensées dans la langue française que nous traînons depuis des siècles et, d'ailleurs, les français étant très littéraires (de moins en moins, mais ils l'ont très longtemps été), ces choses insensées viennent souvent d'effets de style dans la littérature qui au départ sont justifié, mais qui, en suite, sont tellement (mal) réutilisé (y compris par des auteurs singeant mal leurs maîtres) que cela ne veut plus rien dire.
Autrement dit, en y regardant d'assez près, le français à bon nombre de problèmes (sans même parler de son horrible orthographe qui vient d'un pseudo-conservatisme délirant).
Je préfère préciser que je suis loin d'idéaliser un français suffisamment lointain, simplement, au delà de quelque siècles, je n'y connais simplement rien et je suis donc incapable de critiquer ce français là.
Et puis, on pourrait dire que, pour les puristes du latin, le français est une langue vulgaire, mais c'est en soi un mauvais argument, quoi qu'il ait le mérite de répondre aux francophiles critiques de la "dégénérescence" de la langue française actuelle que leur langue est tout autant une "dégénérescence" du latin.
C'est ce que la vidéo explique...
 
Tu dois confondre, je suis cette chaîne Youtube depuis bien avant le covid, il n'a, à ma connaissance, jamais donné son avis sur le sujet (mais il a donné son avis sur bien d'autres sujets, et il se définit politiquement comme de gauche). Si tu as le lien vers une vidéo, ou un post sur un réseau social, où il se prononce contre la réintégration des soignants non-vaccinés, je suis preneur.
Je le suivait bien plus encore puisque je le suivait aussi sur Twitch et c'est là qu'il a eu cette parole fatidique qui fait que je ne l'ai plus regardé une seule fois depuis (dans son émission "format de réponse", je suppose qu'étant donné le fonctionnement de cette plateforme, la preuve à disparue depuis).
Édition: bon, je vais tout de même chercher
 
le lien vers une vidéo, ou un post sur un réseau social, où il se prononce contre la réintégration des soignants non-vaccinés, je suis preneur.
Comme je le pensais, ça a disparu (bien qu'il y ait quelques rares vidéos bien plus vielle sur Twitch), de ce que je me souviens, c'est dans cette émission dont voici la rediffusion et même précisément dans partie pointée (à partir de 10 minutes 58 secondes), mais ça a été (énormément) coupé et son avis sur le sujet en a fait les frais (bien que le sujet, sans son avis, soit très brièvement évoqué dans le peu qui reste):
 

Tigrou

Fdp d'admin
Membre du personnel
Pour en revenir au sujet de base, il y a deux types de langue : les langues vulgaires, et les langues savantes.

Les langues savantes cherchent à être le plus rétro-compatibles possible. Le latin n'a pas changé de Cicéron à Newton, ce qui représente une période de près de 2000 ans. Le gros avantage que cela donne est de permettre un accès facile aux textes du passé, sans avoir à tout retraduire en masse tous les quelques siècles. Cela permet aussi aux savants de différentes régions de communiquer aisément, car le langage est également invariant dans l'espace. Le bonus est que cette uniformité géographique le rend attractif pour les affaires, ce qui renforce son pouvoir social. (Les marchands ont juste besoin d'une uniformité géographique, cela dit ; l'uniformité temporelle ne leur est pas d'un grand usage.)

La nécessité d'une rétro-intelligibilité totale fait que la langue savante ne peut pas être utilisée comme langue vernaculaire, car celles-ci changent toujours avec l'usage. Les savants qui écrivaient en latin parlaient une autre langue chez le poissonnier. Le latin a certes été une langue "vulgaire" pendant longtemps, mais Cicéron a fait un gros travail pour en faire une langue savante, et les générations suivantes se sont basées sur lui. Ce latin a été conservé, alors que le latin vernaculaire est devenu du français, de l'espagnol, de l'italien...

Les langues savantes sont globalement des langues construites qui servent à une élite intellectuelle en premier lieu, et ne sont pas utilisées dans la vie de tous les jours. C'est également le cas de l'arabe littéraire et du chinois écrit, par exemple.

Le problème du français est que c'est une langue qui a le cul entre deux chaises, si vous me permettez l'expression. Louis XIV, constatant un certain déclin du latin, a fait réformer le français pour lui donner une grammaire systématique, et autres caractéristiques d'une langue savante. Il espérait ainsi que le français succèderait au latin. Cependant, le français est resté une langue vernaculaire, et a continué de changer avec le temps. C'est donc une langue qui a des prétentions de langue savante, mais une réalité de langue vulgaire. Toutes les frictions viennent de là, à mon humble avis.
 
Le latin n'a pas changé de Cicéron à Newton, ce qui représente une période de près de 2000 ans.
J'ignore s'il n'y a eu aucun changement entre Cicéro et Newton, mais cela m'étonnerait, ce qui est sûr, c'est qu'il y en a régulièrement depuis au moins l'ère moderne: telephonema - Victionarium, computatrum - Victionarium (et ce ne sont que deux exemples trouvés vite fait alors même que le wiktionary en latin est peu développé).
Le problème du français est que c'est une langue qui a le cul entre deux chaises, si vous me permettez l'expression. Louis XIV, constatant un certain déclin du latin, a fait réformer le français pour lui donner une grammaire systématique, et autres caractéristiques d'une langue savante. Il espérait ainsi que le français succèderait au latin. Cependant, le français est resté une langue vernaculaire, et a continué de changer avec le temps. C'est donc une langue qui a des prétentions de langue savante, mais une réalité de langue vulgaire. Toutes les frictions viennent de là, à mon humble avis.
Je suppose qu'il s'est un peu passé la même chose avec l'anglais, en tout cas, ces deux langues ont un commun d'avoir une orthographe dégueulasse en vue d'une pseudo-rétro-compatibilité assez artificielle qui vient de l'esprit "savant" dans lequel ces langes ont été réformées.
Je suppose aussi que le fait que le français puis l'anglais sont les deux dernières langues à s'être imposées internationalement (après le latin pour ce qui est du monde occidental, l'arabe pour le moyen-orient élargi aux conquêtes islamiques et le chinois pour le monde extrême oriental, etc.) vient de cette prétention à être des langues savantes.
 
Dernière édition:
Haut