Le topic des biérologues

PoulpeDeNoel

Fdp de modo
Membre du personnel
@Franc côt Tres jolie bouteille cette Goulden et jolie couleur. Cela donne envie de la déguster! Un peu trop tard je l'ai bu pour la bière que je présente mais elle est très bonne. La secret des Moines.
Elle a un logo de gagnante en biere de France.
La Triple secret des moines est brassée par Goudale, encore dans ma région, youhou :patriote:
Je trouve que c'est la meilleure bière de la brasserie Goudale.
 

Franc côt

Pilier
Rochefort 10 (11,3°) :

On continue sur les quadruples ! Il faut savoir que quand elles sont fortes comme ça on doit les boire à la même température que du vin c'est-à-dire 14/15 degrés donc ne la mettez pas au frigo, cela vous priverait de toutes les saveurs. Je vais encore vous proposer une bière Belge mais Wallone cette fois-ci. Elle est brassée par les moines de l'Abbaye Notre-Dame de Saint-Rémy de Rochefort, fondée en 1230 mais ne brassant que depuis 1900. C'est donc une authentique bière trappiste.

D'ailleurs, très souvent vous voyez des appellations "double fermentation" ; "triple fermentation", c'est simplement du commercial. A l'origine, les moines brassaient une première bière (triple), puis réutilisaient le malt pour en faire une deuxième (double) et encore une troisième (simple). Donc forcément la troisième fermentation avait beaucoup moins d'alcool en raison de la triple utilisation du même malt qui était complètement vidé de son sucre. La première bière tirée servait pour les fêtes et les hauts dignitaires, la double servait pour le dirigeant de l'ordre tandis que la troisième très faible en alcool servait tous les jours pour les moines. La bière ayant l'avantage d'être bouilli, cela limite les contaminations contrairement au puits du village ou à la rivière voisine.

Au nez, personnellement je sens surtout de l'alcool et une légère saveur de fruit avec un peu de cacao. Mais par contre au goût, on est sur du réglisse sans que cela soit écœurant et à la fin je dirais presque de la cerise ou de la prune un peu confite avec une pointe de caramel. L'amertume est quasi-inexistante et on sent l'alcool très présent, cela rend la bière liquoreuse. C'est le genre de bière que l'on boit juste avant le weekend pour décompresser de la semaine en écoutant de la musique :bave:

Voir la pièce jointe 335
Rochefort 8 (9,2%) :

Nous avions déjà parlé de la brasserie des Trappistes de Rochefort :clindoeil:
Celle-ci est un peu moins forte que sa grande sœur, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’elle a moins de saveur. Au nez, je sens surtout des fruits confits, mûrs comme de la cerise ou de la prune. Vous noterez que quand on commence à se rapprocher des degrés élevés (pour une bière) les saveurs commencent à tendre vers les mêmes choses.
Au goût, on reste sur le côté fruité avec des fruits mûrs presque liquoreux, mais beaucoup moins que la Rochefort 10. On peut même déceler un côté caramélisé. Finalement elle ressemble beaucoup à la 10, en moins alcoolisé évidemment et en moins liquoreuse. Par contre, on ne décèle pas du tout de goût de réglisse que j’avais pu noter précédemment. Elle mousse très facilement, mais celle-ci n’est pas persistante. L’amertume est très faible et sa robe est plutôt de couleur acajou, presque rousse.

1591542650107.png
 

Grominet

Membre validé
Pas mauvais pour désaltérer même si un peu moins bon que l'alcoolisé, la sans alcool permet de conduire. 1,20 euros moins cher (25% environ) les trois ce qui n'est pas négligeable. 20200608_184405.jpg
 

Zaar

Membre validé
Bière au miel de Franc Côt (4,5°)

Fiche de la bière :
EBC : 15 / IBU : 28 / Alcool : 4,5° réel contre 6,6° théorique.
Au nez : Le miel est très présent au nez avec un peu d'agrume et de caramel.
Au goût : Etonnamment on a du miel au goût :thunkung: suivi d'un goût d'orange très présent puis l'amertume se dépose délicatement sur la langue. L'alcool est un peu présent, la mousse est très fine et le corps moyen/faible. Très peu de pétillance.

Remarques : Le miel a été ajouté pendant l'ébullition mais s'est très mal mélangé, la première bouteille a tout récupéré ce qui l'a rendue très lourde à digérer. Les autres bouteilles étaient des blondes normales avec un (très) léger goût de miel. Je conseille de faire fondre le miel avec un peu d'eau et de l'ajouter pendant le houblonnage à cru. Le café n'a servi à rien. Je pense que ma levure, que j'avais conservé au congélateur, était trop vieille et donc elle n'a pas pu mener son travail à bout d'où le niveau d'alcool plus bas qu'espéré.
Pour l'ajout de miel, et je parle en tant qu'amateur faisant de l'hydromel, je conseille vivement d'en verser la moitié pendant que le moût refroidit et pas pendant l'ébullition. Tout simplement parce qu'il risque de caraméliser (c'est ça le goût caramel que t'as senti), créant des arômes particuliers qui peuvent renforcer accidentellement l'amertume de l'orange, et je ne parle même pas des résidus de protéines et de pollen chauffés subitement qui vont rien arranger si tu veux faire vieillir ta bière. L'alcool révèle et relève les défauts de la préparation !
Bien touiller pour ne pas que le miel se dépose lourdement au fond du faitout et qu'il se dissolve bien comme il faut. Pour la moitié restante, tu prélèves un peu de ton moût chaud que tu verses dans le pot de miel, tu mélanges bien et tu verses dans le faitout comme ça tu récupères un max de miel et tu pré-laves le pot !

Pour mettre tes levures dans un environnement pas trop stressant où elles vont pouvoir se multiplier suffisamment, essaie de corriger l'acidité du moût (pH à 3-3,5 c'est pas mal) à l'aide d'acide citrique (qui va apporter de la rondeur en bouche et équilibrer le sucré et l'amer) et investi dans ce type de sels nourriciers (Un très bon site : Sels nutritifs de levure et sels nutritifs pour la fermentation de vos moûts à commander en ligne) que tu ajouteras en plusieurs temps (J0 ; J+3; J+6, J+10 par exemple).
Crois-moi que tu vois la différence parce que tes levures vont vraiment pouvoir s'habituer à leur rythme tout en développant des saveurs et des tonalités gustatives subtiles. :wi:
 

Franc côt

Pilier
Pour l'ajout de miel, et je parle en tant qu'amateur faisant de l'hydromel, je conseille vivement d'en verser la moitié pendant que le moût refroidit et pas pendant l'ébullition. Tout simplement parce qu'il risque de caraméliser (c'est ça le goût caramel que t'as senti), créant des arômes particuliers qui peuvent renforcer accidentellement l'amertume de l'orange, et je ne parle même pas des résidus de protéines et de pollen chauffés subitement qui vont rien arranger si tu veux faire vieillir ta bière. L'alcool révèle et relève les défauts de la préparation !
Bien touiller pour ne pas que le miel se dépose lourdement au fond du faitout et qu'il se dissolve bien comme il faut. Pour la moitié restante, tu prélèves un peu de ton moût chaud que tu verses dans le pot de miel, tu mélanges bien et tu verses dans le faitout comme ça tu récupères un max de miel et tu pré-laves le pot !

Pour mettre tes levures dans un environnement pas trop stressant où elles vont pouvoir se multiplier suffisamment, essaie de corriger l'acidité du moût (pH à 3-3,5 c'est pas mal) à l'aide d'acide citrique (qui va apporter de la rondeur en bouche et équilibrer le sucré et l'amer) et investi dans ce type de sels nourriciers (Un très bon site : Sels nutritifs de levure et sels nutritifs pour la fermentation de vos moûts à commander en ligne) que tu ajouteras en plusieurs temps (J0 ; J+3; J+6, J+10 par exemple).
Crois-moi que tu vois la différence parce que tes levures vont vraiment pouvoir s'habituer à leur rythme tout en développant des saveurs et des tonalités gustatives subtiles. :wi:
Je te remercie ! :noel:

Je sentais bien que mettre du miel à l'ébullition n'était pas la meilleure idée. Après avoir bu les autres bouteilles, on a quand même un goût de miel, que même des goûteurs à l'aveugle trouve. Mais je pense qu'on est loin d'un bon goût optimale que j'aurais pu avoir si j'avais maîtrisé l'incorporation du miel dans le moût.

Je ne suis pas très motivé pour rajouter des choses dans mon moût en dehors du triptyque houblon/levure/malt mais je ferais quand même un test pour voir la différence :clindoeil:
 

Zaar

Membre validé
Je te remercie ! :noel:

Je sentais bien que mettre du miel à l'ébullition n'était pas la meilleure idée. Après avoir bu les autres bouteilles, on a quand même un goût de miel, que même des goûteurs à l'aveugle trouve. Mais je pense qu'on est loin d'un bon goût optimale que j'aurais pu avoir si j'avais maîtrisé l'incorporation du miel dans le moût.

Je ne suis pas très motivé pour rajouter des choses dans mon moût en dehors du triptyque houblon/levure/malt mais je ferais quand même un test pour voir la différence :clindoeil:
Les sels nourriciers ne sont pas une obligation mais peuvent faire la différence. En effet les levures ont besoin de sucres fermentescibles et d'un manque d'air pour déclencher le processus de fermentation alcoolique anaérobique, cependant trop de sucre peut te la stopper nette par exemple. Ou une absence de composés azotés. La réaction exothermique de la multiplication de levures couplée à une température trop basse ou trop haute du moût (et du verre du récipient !) peut grandement l'inhiber sans parler du pH qui n'est pas assez acide.

C'est là où l'on constate que la fermentation n'est pas un phénomène "simple", qu'il est dépendant de plusieurs facteurs externes. Mais de la régularité et de la stabilité de ta fermentation - donc de l'état de santé de tes levures - découlera une qualité de produit plus ou moins bonne.

Ne pas oublier aussi que tu rajoutes du miel, milieu acidifiant mais pauvre en minéraux et oligo-éléments propices à la colonisation, et qu'il contient du peroxyde d'hydrogène (eau oxygénée) d'où son action antibactérienne et antiseptique.
 
Dernière édition:

Franc côt

Pilier
Sur la fermentation ça va. Les seuls problèmes que j'ai eu venaient soit du fait que les levures étaient sans doute restées trop longtemps au congélo soit qu'elles se tuaient elle-même à cause de l'alcool. Au niveau de la température, les plages théoriques sont de 15 à 25 pour mes levures d'Ale, mais j'arrive à maintenir une température stable entre 18 et 20° :noelpipe:

Je n'avais pas fait attention à ces caractéristiques du miel, je me suis juste dit "Aller on test pour voir" :rire:
Après de ce que j'ai vu, on peut reproduire les conditions d'eau d'un lieu donné. Peut-être que je pourrais essayer de rajouter des acidifiants/basiques mais pour ça il faut un matériel pour déterminer la quantité des éléments dans l'eau.
 

Franc côt

Pilier
J'ai mis en bouteille la prochaine tournée :noel:
J’ai quand même préféré goûter pour voir si ça allait. Pour le moment on a une touche de caramel ce qui est normal vu le type de malt utilisé. Ensuite on a de la pomme verte. On sent plutôt bien l’alcool, mais on est à 7,4 % alors que j’espérais au moins les 10 %. À voir si je n’utilise pas des nutriments pour mes levures du coup. :noelpipe:
Parce que ça me fait une atténuation de 60% (entre la densité initiale et la densité finale) alors que je pouvais espérer 75 voir 80%.
 
  • Poce blo
Les réactions: Zaar

Franc côt

Pilier
Nom pas encore trouvé de Franc Côt (7°)

Petit à petit on monte en degré mais ce n'est pas encore ça :noel:

Ingrédients pour 5L (finalement j'en ai fait 6,5 :hap:) :

- 1kg de Malt Finest Maris Otter (6 EBC)
- 1kg de Pale Ale (8 EBC)
- 500gr de Carared (50 EBC)
- 13gr de Premiant (5,6% d'Alpha) pendant 60 minutes

Fiches :
Densité théorique : 1,090 / 1,093 réelle, pour une fois je suis content, mais j'ai dû rajouter du sucre de canne à cause de mes 1,5L d'eau en trop.
Degré alcoolique théorique : 10% / 7% réel, je suppose que la levure n'a pas été assez en forme. Je mettrai des nutriments la prochaine fois.
EBC : 29 et IBU de 33 (moyen).

Remarques : À la base je souhaitais faire un houblonnage à cru, mais j'ai décidé d'économiser un peu de houblon et puis je ne souhaitais pas un goût herbacé.

Au nez : On a une odeur de pomme/orange assez plaisante. Il y a aussi des notes de caramel et de malt.
Au goût : Ce qui arrive en premier ce sont les notes d'alcools (:bave:) puis le malt et le caramel prennent le relais. L'alcool réchauffe bien et en arrière-goût on a des notes d'agrumes qui arrivent.
Comme vous pouvez le voir, on a une belle mousse et elle est assez pétillante.
 

Grominet

Membre validé
@Franc côt :fier:
Hameau, un type sympa rencontré au supermarché (mais peut-être plutôt amateur de bière basique...) m'a conseillé cette bière...ceci dit il aime peut-être ceux pisse de chat comme mon grand-père qui aime la 33 export...je préfère cependant les bières de caractère.
Celle-ci est très moyenne car bien peu de goût (mais ya pire) :
20200626_000859.jpg
 

Franc côt

Pilier
Les eaux alcoolisées :

Toute bière qui va être faites selon des principes industriels très simples :
- De l'extrait de houblon que l'on va incorporer directement dans le moût
- De l'extrait de malt qui va servir de moût
- Beaucoup d'eau

Au niveau du degré d'alcool, elles tournent souvent entre 4 et 5°. Elles ont une couleur extrêmement claire et il y a bien peu de chance de voir des résidus de levure dans le fond :noel:
Au niveau du goût, je pense que le surnom que je leur donne parle de lui-même. Elles vont se différencier selon leur amertume.

Tout est fait à partir d'extrait parce que c'est plus économique, plus rapide et moins cher.
Quelques exemples :
- Cubanisto
- Kro
- Heineken
- Budweiser
- San Miguel
- Corona
- Kanterbraü
- ...

La liste est très longue. Ces bières ont le mérite d'être peu chères et bien rafraîchissantes en été :noel:
Je mets un peu de côté les Leffe, Grimbergen, Hoegaarden, Affligem qui me semblent un peu mieux.
 
Haut