Intello Pavés trop cools sur le monde tradi

Tigrou

Fdp d'admin
Membre du personnel
J'avais vu ça par rapport à la taille du récipient utilisé pour les saignées. Je n'arrive pas à retrouver (:sad:), parce qu'en cherchant je tombe surtout sur des exemples modernes de saignées islamiques (hijama). Ceci dit ça a l'air relativement propre et selon Wikipédia ça correspond effectivement aux pratiques islamiques médiévales. :noel:

Enfin ils sélectionnent sans doute pas l'endroit à prélever et ainsi de suite. Je parle juste de la méthode de prélèvement du sang. :ok:

 
Faut aussi rajouter que l'Eglise n'a jamais interdit la dissection, même si on entend souvent dire le contraire.
On pourrait aussi parler des médecins juifs au Moyen Âge, qui étaient très actifs.


Ouais 'fin même sur des individus en bonne santé... :hap:

T'as un papier ou une explication pour la dissection ? Me semblait que De Vinci avait eu des problèmes avec l'église parce qu'il se faisait passer des cadavres de condamnés à mort en douce :srx:
 

Fleke

Pilier
T'as un papier ou une explication pour la dissection ? Me semblait que De Vinci avait eu des problèmes avec l'église parce qu'il se faisait passer des cadavres de condamnés à mort en douce :srx:

"The author reviews the causes of the rebirth of human dissection in the Middle Ages after a hiatus of 1500 years, that is, after the practice was abandoned in the time following Herophilus of Alexandria in the third century BC. It is concluded that three main factors determined the rebirth: the removal of obstacles (i.e., the devaluation of the body), the stimulus to proceed (i.e., the resuming of the slow progress of medicine toward the scientific mode), and the different value attributed to cadavers of different people, that is, the correspondence between life deeds and the importance of the cadaver (which made the corpses of executed criminals available and pedagogical dissection possible)."


" In Medieval Europe, considerable advances in the field of science could only be achieved during the 12th century and early 13th century, with the setting up of universities in Paris (1150), Bologna (1158), Oxford (1167), Montpellier (1181) and Padua (1222) [12]. From 12th century onwards, the church did not forbid human dissection in general; however, certain edicts were directed at specific practices [13]. One of the significant proscriptions that Pope Alexander III enunciated at the Council of Tours in 1163 was the prohibition of clerics to involve themselves in the studies of physical nature and the canon (directive) was named as "Ecclesia abhorret a sanguine" meaning "The church abhors blood." This was misinterpreted as a ban which prevented clerics from practising surgery or studying anatomy [14]. The Holy Roman emperor Frederick II (1194-1250) took significant measures towards the progress of science which reflected his free thinking outlook. In 1231, he issued a decree which mandated that a human body should be dissected at least once in every five years for anatomical studies and attendance was made compulsory for everyone who was to practice medicine or surgery [15]. "
 

PoulpeDeNoel

Fdp de modo
Membre du personnel
T'as un papier ou une explication pour la dissection ? Me semblait que De Vinci avait eu des problèmes avec l'église parce qu'il se faisait passer des cadavres de condamnés à mort en douce :srx:
Enfin google "dissection Moyen Âge", ce qui revient c'est que la dissection était permise, bien que relativement peu pratiquée. En vérité seuls les vols de cadavres et les pratiques des croisés de disperser les différentes parties des cadavres étaient bannies.

One of the significant proscriptions that Pope Alexander III enunciated at the Council of Tours in 1163 was the prohibition of clerics to involve themselves in the studies of physical nature and the canon (directive) was named as "Ecclesia abhorret a sanguine" meaning "The church abhors blood." This was misinterpreted as a ban which prevented clerics from practising surgery or studying anatomy
C'est faux ça apparemment 1163 en santé et médecine — Wikipédia

  • C'est par erreur qu'on a cru que le même 6e concile de Tours avait déclaré : « L'Église a horreur du sang » (« Ecclesia abhorret a sanguine2 »), locution dont on ne trouve la première occurrence qu'en 1744, dans les Recherches sur la chirurgie en France de François Quesnay3, et qui ne figure dans aucun écrit avalisé par l'Église catholique4.

Mon article que j'ai envoyé pour Wila dit :

On peut invoquer aussi une bulle papale interdisant l'ouverture des cadavres aux moines, diacres, curés et archiprêtres, mais elle ne s'étend pas à l'ensemble du clergé, moins encore aux médecins qui s'y adonnent déjà, parmi lesquels des gens d'Eglise, tous convaincus qu'ils travaillent «ad majorem Dei gloriam» en mettant à nu, souvent dans une salle de couvent, l'absolue perfection de la mécanique humaine. Et que dire des chirurgiens de la curie à Rome qui comptent dans leurs compétences celle de jouer du scalpel à l'intérieur des dépouilles de suppliciés? Il faut se rendre à l'évidence et reconnaître à l'Eglise d'avoir encouragé un mouvement qui répugnait tant à la société.
 

Fleke

Pilier

In Vesalius’ words:

“To avoid running afoul of some ‘idle talker’ here, or some critic of doctrine, I shall completely avoid this dispute concerning the types of soul and their location. For, today, you will find many judges of our most truthful and sacred religion, especially among the natives of my country, and if they heard anyone muttering about the opinions of Plato, Aristotle, Galen, or their interpreters, about the soul, even when the subject is Anatomy (when these subjects are especially likely to be discussed), they leap to the conclusion that such a person is in doubt about the faith or has some uncertainty about the immortality of Souls, without taking into consideration that physicians (provided they do not come rashly into their art or wish to apply inappropriate remedies to a sickened member) must think about the faculties that govern us, how many kinds there are, how each is marked, in what member of a living thing each is established, and besides these (if we can grasp it with the mind) chiefly what the substance and essence of the soul is.

"It is as if no one could make a statement about the ideas of those august authors without impiety or the smallest lapse of faith, or even support their reasoning with other new arguments, or refute the trivial arguments of others. It is as if no discourse or inquiry were otherwise possible about the sacred faith by which we are saved with the aid of pious good works and by which the souls of men gain a blessed eternity, except with reference to these latter dogmas and the opinions which a feeble human reason has supplied in this matter.”

[Bk. VI, Ch. 15, p. 594 (1543 ed.), pp. 1202f. (New Fabrica)]

J'ai trouvé ça qui est en rapport avec le topic. :noel:
 

PoulpeDeNoel

Fdp de modo
Membre du personnel
Même mon lien dit que c'est une fausse interprétation. :hap:

"This was misinterpreted as a ban which prevented clerics from practising surgery or studying anatomy"
Ton lien dit que c'est une mauvaise interprétation du propos, mon lien dit que le propos n'a jamais été formulé
 

Tigrou

Fdp d'admin
Membre du personnel
T'as un papier ou une explication pour la dissection ? Me semblait que De Vinci avait eu des problèmes avec l'église parce qu'il se faisait passer des cadavres de condamnés à mort en douce :srx:
Il a peut-être eu des problèmes avec les mentalités de l'époque sans que ça soit directement avec l'Église. Par ex Christine de Pisan s'est battue contre les mentalités de son époque mais pas contre l'Église lui a juste donné un léger soutien.
 
Haut